Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Articles récents

La face nord du coeur de Dolores Redondo

17 Mai 2022 , Rédigé par Bill & Marie Publié dans #Romans espagnols ou portugais

Oh que je me régale à chaque lecture d'un roman de Dolores Redondo ... 

Les pages défilent et bien que j'aimerais passer davantage de temps avec les personnages, je ne résiste par à l'appel du récit pour en connaître la suite  ... 

Dans ce dernier opus, on retrouve Amaia Salazar, héroïne de la trilogie du Baztan, mais quelques années lus tôt, alors qu'en stage au FBI avec d'autres policiers européens elle est intégrée dans une des équipes de cette prestigieuse agence à la demande de Aloysus Dupree. 

Un mystérieux assassin prédateur assassine des familles survivantes de catastrophes naturelles : tornades, violents orages, impunément. 

Mais c'est un petit garçon, témoin malgré lui de l'arrivée du tueur dans une ferme après le passage d'une tornade, qui incitera la police à mener l'enquête, et à découvrir d'autres cas, au quatre coins du pays . 

L'ouragan Katrina s'annonce au large de la Louisiane, nouvelle occasion pour le tueur.

Dans une ambiance apocalyptique, en compagnie d'une équipe réduite et de policiers locaux, Amaia et Dupree, suivront les traces et trouveront de nouveaux indices, tout en pistant les responsables d'enlèvement de jeunes filles.

Entre sorcellerie et vaudou, intuition et empathie, j'ai été captivée par ce roman, par les descriptions vivantes de La Nouvelle Orléans subissant inexorablement la montée des eaux. 

Un roman qui m'a bien entendu remis en mémoire l'œuvre de James Lee Burke.

Un roman qui donne de nouvelles clés sur l'enfance d'Amaia et qui explique les liens noués avec Dupree, présents en filigrane dans la trilogie du Baztan.

Un excellent roman ! 

... Et maintenant, j'attends les nouvelles productions de l'auteur !  

Lire la suite

L'attente de Keum Suk Gendry-kim

15 Mai 2022 , Rédigé par Bill & Marie Publié dans #BD & romans graphiques

Une BD qui traite du douloureux sort des familles éparées par la partition des deux Corées. 

Etre une fille dans la Corée des années 30 et 40, signifiait être privée d'école, voire de nourriture car seuls le père et les garçons avaient de l'importance (les filles quittaient la maison pour rejoindre leur belle-famille).

Guja a grandi dans une Corée occupée par le Japon, puis conquise par les Russes. Elle s'est mariée, sans avoir jamais rencontré son époux et a eu un fils. Elle venait tout juste de donner naissance à une fille, lorsqu'en visite chez ses beaux-parents, ils ont fui le pays à l'annonce de la mise en place du régime communiste . Mais pendant l'exode,  elle est séparée de son mari et de son fils, et poursuit sa route vers le Sud.

Elle ne les reverra jamais.

Mais 70 ans plus tard, des familles pourront se revoir, dans des retrouvailles minutées, encadrées par la Croix Rouge, juste à la frontière, pour un repas partagé. 

Mais comment se reconnaitre, que se dire ? 

Dans un très bel album au graphisme en noir et blanc qui renforce le propos, Keum Suk Gendry-kim raconte l'histoire de sa mère, qui n'a jamais pu revoir son premier époux ni ce fils perdu lors de l'exode.

A 92 ans, à la santé déclinante, elle a enfin raconté les moments si difficiles de sa vie, que sa fille a mis en images.

Un album poignant qui montre toute la dureté des souffrances de la population coréenne au milieu du XXème siècle.

Un album trouvé par hasard dans les bacs de nouveautés de ma médiathèque qui recèle nombre de pépites.

Lire la suite

Tananarive de Sylvain VALLEE & Mark EACERSALL

15 Mai 2022 , Rédigé par Bill & Marie Publié dans #BD & romans graphiques

Amédée, un tranquille notaire retraité, adore écouter son ami Joseph raconter sa vie aventureuse, depuis sa naissance malgache, Dien Bien Phu, l'Afrique, l'Asie, l'opium, les bagarres et les femmes vite aimées et vite laissées ...

Mais une nuit, Jo meurt dans son sommeil ! 

Et Amédée le pleure, et broie du noir ... jusqu'au jour où le maire vient le trouver pour qu'il recherche d'éventuels héritiers, à défaut de quoi la mairie aimerait bien récupérer la maison et surtout le terrain.

Mais Amédée n'a pas quitté le village depuis longtemps - jamais en fait - alors, aller à Madagascar ... sauf que Jo est né à Charleville ! 

Et voilà Amédée partant sur les traces de son ami mythomane, cherchant à reconstituer son parcours, car dans les histoires racontées par Jo, il y avait toujours un peu de vérité, le prénom d'une fille, le nom d'un bar ... 

Un roman de la même veine que Les vieux fourneaux, en moins anar mais tout aussi tendre. 

J'ai bien aimé le traitement des deux personnages, Jo, le hâbleur flamboyant portant beau et Amédée tout engoncé dans son imperméable à la Columbo, bougon au cœur d'or. 

Un album emprunté par hasard à la médiathèque qui recèle de belles pépites ! 

Lire la suite

Vies et mort de Lucy Loveless de Laura SHEPHERD-ROBINSON

15 Mai 2022 , Rédigé par Bill & Marie Publié dans #Romans anglais ou irlandais

Londres été 1782, à la sortie d'une soirée où elles devaient échanger, Caroline Corsham retrouve son amie Lucy Loveless sous une charmille, mortellement blessée. Dans son dernier souffle elle lache 'Il sait'. 

Qui est ce 'il' ? 'Que sait-il ? 

Ne pouvant agir seule, une femme de cette époque ne peut se rendre partout, Caroline engage Peregrine Child, un "attrape-voleur", qui a la façon de nombre de ses successeurs a un passé trouble, des peines de cœur et un goût prononcé pour l'alcool, du gin en ce qui le concerne ! 

Ensemble, ils vont explorer le demi monde londonien, entre atelier de peintre à la mode, partie fines, mise aux enchères de virginité, barbons syphilitiques, militaires corrompus, antiquaires véreux, prêteurs sur gages usuraires, et un improbable propriétaire de vergers d'ananas ...

Un roman aux si nombreux personnages que j'ai failli m'y perdre mais où heureusement surnagent Caroline et Peregrine dont l'amitié improbable sera un atout indéniable qui leur permettra de décortiquer les dessous sordides de l'assassinat de Lucy.

Un roman qui détaille les conditions de vie dans le Londres de cette fin du XVIIIème siècle entre ultimes soubresauts de la guerre d'indépendance américaine, goût pour l'antique  protéiforme : du théâtre à la décoration en passant par la peinture, et la collectionnite aigüe de vases et statues ...

Un roman qui traite également de la condition féminine entre potiches dévouées, mères exemplaires, prostituées au grand cœur et oies plus très blanches mais qui montre qu'avec un peu de chance et de volonté, on peur se sortir de situations malaisées.

Un auteur que j'ai découvert mais dont je vais m'empresser de lire le premier opus qui attend déjà dans ma liseuse.

Je remercie vivement Babelio et les éditions 10/18 qui m'ont fait parvenir cet ouvrage 

Lire la suite

La limite n’a pas de connerie Tome 1 d'Emmanuel Reuzé

11 Mai 2022 , Rédigé par Bill & Marie

J'avais bien aimé le premier tome de Faut pas prendre les cons pour des gens, un peu moins le second, mais quand Babelio a proposé La limite n'a pas de connerie, dans sa dernière opération Masse Critique, je n'ai pas hésité, et je l'ai sollicité. 

Mais je n'aurais pas dû !

Je n'ai apprécié ni les dessins assez confus, ni le sujet des différentes planches qui détournent des BD ou comics en inversant les situations classiques, sans que je trouve cela drôle.

La seule qui sauverait l'ensemble est celle du cowboy solitaire qui se rejoue le film de ses grandes œuvres, duels au pistolets et bagarres au saloon ... dans une ville fantôme désertée de tous ses habitants. Mais elle est bien plus triste que drôle ! 

Bref, on ne m'y reprendra plus !  

Lire la suite

Big Daddy de Chahdortt DJAVANN

11 Mai 2022 , Rédigé par Bill & Marie Publié dans #Romans d'ailleurs

Un roman choisi pour son auteur, sans rien connaître de l'histoire ! 

Je ne pouvais pas passer à côté d'un auteur qui me permettrait de cocher la case 'Azerbaïdjan' dans le challenge Globe trotter ! 

Et je suis tombée sur un roman nord-américain ! 

L'héroïne est la fille d'une iranienne et d'un américain, dont l'enfance a été marquée par un double drame : l'accident mortel de son frère, fauché sous ses yeux par une voiture qui voulait éviter un chien et le suicide de sa mère le jour de son dixième anniversaire. 

Elle a grandi dans des internats, ne voyant que rarement son père dont elle a suivi les traces devenant avocate, mais pénaliste, et refusant de le rejoindre dans son cabinet d'affaires ! 

Quadragénaire, divorcée, elle a décidé de devenir libraire.

Dans une première partie où je me suis un peu perdue, on la voit croiser la route d'un serial killer, qui la laisse tranquille puis s'intéresser au sort de Rudy, un gamin meurtrier.

Ils écrivent tous deux leurs histoires, deux récits de vie qui s'entrecroisent ; Tout jeune, Rudy a été recueilli par Big Daddy, voyou notoire qui  s'est chargé de son éducation. 

Apprentissage du tir sur cibles vivantes et humaines, assassinats en tous genres, jusqu'à ce jour où, à 13 ans Rudy a été arrêté, arme à la main, 5 cadavres autour de lui ! 

Un roman à l'écriture sèche et factuelle qui peine à donner de l'empathie envers les personnages. Exposé de faits, parfois horribles, mais sans qu'aucun affect ne transpire du récit, qui traîne en longueur jusqu'à la dernière partie.

Rudy sorti de prison, va vivre en accéléré et le rythme de la narration aura là de la peine à suivre le rythme trépidant de ses traversées des Etats-Unis ...

Un dernier chapitre étonnant clôture ce roman d'une excellente manière.

Bred, un roman qui ne mérite le détour que pour son dernier quart, mais quel quart ! 

Lire la suite

Nowhere girl de Magali Le Huche

11 Mai 2022 , Rédigé par Bill & Marie Publié dans #BD & romans graphiques

L'entrée en sixième stresse totalement Magali. Surtout parce qu'elle n'est pas aussi bonne élève que sa sœur aînée qui y est passée il y a quelques années et qu'elle a, en français, la pire des terreurs du monde des profs, celle qui interroge sur la grammaire, qui vérifie la tenue des cahiers  

Magali a une passion qui l'isole encore davantage de ses camarades : Les Beatles, mais dans les années 90, ils sont plutôt ringards. N'empêche, elle se documente, lit tout ce qu'elle trouve sur eux, et ils la consolent dans le monde imaginaire et dessiné où elle va se blottir !

Car Magali craque : en plein burn-out, ou plus précisément, en crise de phobie scolaire que ses parents, psy de profession n'ont pas su identifier à temps.

Elle va suivre les cours de sixième par correspondance et puis continuer jusqu'à ce qu'un jour elle reprenne assez confiance en elle pour intégrer une autre établissement.

Un album qui apparaît autobiographique dont j'ai beaucoup apprécié le dessin, l'évocation des chansons des Beatles dans l'univers d'une petite fille qui a du mal à grandir.

Un album pour préados et parents

Une auteur, découverte par hasard dans le bac des nouveautés de ma médiathèque et dont je vais suivre les futures productions. dont je vais 

Lire la suite

Je me suis tue de Mathieu Ménégaux

7 Mai 2022 , Rédigé par Bill & Marie Publié dans #Romans français

Quand j'ai terminé 'Disparaître', le mois dernier, je savais que je ne tarderai pas à me plonger dans un autre roman de Mathieu Menegaux.

C'est chose faite avec ce tout petit mais très puissant opus où Claire raconte l'enchaînement des événements depuis ce dîner où son mari l'avait traînée, ce retour en Vélib, où elle avait été agressée et violée, son mutisme et le dernier drame.

Parce que Claire n'a jamais parlé, parce que le 17 n'a pas décroché, parce qu'elle n'a jamais évoqué ce viol ni avec son mari, ni avec son avocate, ni avec personne d'autre ... les circonstances se sont enchaînées et le résultat de ce test de paternité, révélant celle de son mari a été la goutte d'eau qui a amené Claire à écrire (et non pas parler) au seuil de cette dernière nuit.

Un roman qui montre toute les qualités d'écriture de Mathieu Menegaux, l'empathie qu'il porte à ses personnages, quels qu'aient été leurs actes ; son style très factuel, sans fioritures ni effets superflus donne toute sa force au récit de Claire.

Un roman qui se lit d'une traite. 

Un grand roman !

 

Lire la suite

Le paradoxe du bonheur d'Aminatta Forna

7 Mai 2022 , Rédigé par Bill & Marie Publié dans #Romans africains

Un homme et une femme se bousculent sur le Waterloo Bridge, un soir d'automne à Londres, puis reprennent chacun leur chemin.

Une spécialiste de la vie sauvage en milieu urbain a quitté l'Amérique et ses coyotes  pour étudier les renards et les perruches londoniens.

Un psychiatre éminent africain, spécialiste de l'étude des victimes de stress post traumatique est à Londres pour un colloque. Il en profite pour revoir une ancienne collègue-amie-compagne atteinte d'Alzheimer précoce, dont il cherche où et comment faciliter l'accompagnement.

Un jeune garçon erre dans la ville après l'expulsion de sa mère de leur appartement, alors que sa mère se morfond à l'hôpital.

Un réseau informel de personnel de nettoyage des rues, portiers d'hôtels, agents de sécurité enregistre les mouvements des renards et se mobilise pour retrouver le gamin.

Autant de fils épars qui se rejoignent et tressent une belle histoire d'amour et d'amitié qui montre que les coïncidences ne sont que des signes du destin, que tout vient à point et que l'ouverture d'esprit vaut mieux que toutes les croyances.

Un roman choisi parce que l'auteur me permettait d'avancer dans mon tour du monde, et qui m'a étonnée et par sa justesse de ton par la sympathie des personnages et la tendresse latente dans tout le récit.

Une auteur que j'ai donc découverte par hasard, et dont je vais rechercher les autres productions.

Une très belle découverte, dont je préfère le titre en VO : Happiness !  

Lire la suite

Un regard bleu de Lenka Hornakova-Civade

3 Mai 2022 , Rédigé par Bill Publié dans #Romans allemands et d'Europe de L'Est

Alors que ses biens sont en train d'être dispersés pas ses créanciers, et que la foule s'arrache robes et bibelots, Rembrandt aperçoit un grand homme au regard bleu au milieu de la foule. Un moment plus tard, cet homme dépose au creux de la main du peinte son pilon en pierre, qui lui servait à broyer les minéraux pour en extraire les couleurs.

Après cette première rencontre, sans paroles, les deux hommes se rencontreront dans les salons de notables amstellodamois, puis lentement, au rythme de séances de pose, ou de visites deviendront de grands amis.

Entre le peintre hollandais et le pasteur-philosophe-éducateur tchèque, Commenius, exilé loin de son pays et œuvrant pour la paix en Europe au moyens de lettres et missives adressés aux rois et grands d'Europe, il n'y avait que peu de points communs.

Echanges sur la condition de père, de veufs, sur l'éducation des enfants en général et des apprentis-peintre , sur leurs visions du monde et son appréhension par les ombres et la lumière pour l'un, l'écrit pour pour l'autre, sur l'éducation des enfants en général, pour Commenius et et des apprentis-peintres pour Rembrandt. 

Et ce regard bleu, profond, honnête, érudit de Commenius que Rembrandt utilisera pour le donner à nombre de ses figures bibliques, ... 

Une amitié insolite et profonde

Deux hommes qui ont marqué leur époque et dont la trace est encore prégnante aujourd'hui.

Un beau roman, profiod et poétique à la fois.

Un auteur que je découvre, et dont je vais rechercher d'autres ouvrages. 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>